Accueil du site > El Jadida

El Jadida

Dernier ajout : 23 mars.

Articles de cette rubrique

  • Le Maroc hors des sentiers battus
    Méconnue, la ville d’el-Jadida mérite le détour

    23 mars

    Il ne faut pas se le cacher. En ces temps troublés, partir en vacances au Maghreb fait peur à beaucoup. C’est pourtant un geste de solidarité indispensable. Pour les habitants de ces pays, dont beaucoup vivent du tourisme. Pour nous, car c’est une façon de dire que nous refusons la peur que les terroristes, que ce soit là-bas ou chez nous, tentent d’instiller dans nos esprits. D’où notre décision de maintenir cette découverte d’el-Jadida, une ravissante cité fortifiée édifiée par les Portugais au début (...)

  • Mon histoire avec le cinéma

    9 novembre 2014

    Au CM2, dans les années soixante, avec mes copains de la banlieue d’El Jadida nous étions devenus de vrais cinéphiles, des accros du cinéma Dufour. Mais un handicap matériel nous empoisonnait la vie. Il fallait déployer une montagne d’ingéniosité pour dénicher, chaque dimanche, la modique somme de 1.20 Dh, soit le prix d’un billet de seconde. Un dirham représentait une petite fortune pour un garçon de mon âge et dans ma situation. Mme Dufour avait l’habitude de s’asseoir sur une chaise à l’entrée de la (...)

  • Quand « l’or vert des Incas » était cultivé en Doukkala

    12 juillet 2014

    La Tara, genre d’acacia, provient du Pérou. Elle fait actuellement l’objet d’un intérêt grandissant pour ses multiples utilisations (tannerie, pharmacologie, cosmétologie, alimentation) à tel point que la demande sur les marchés en est maintenant supérieure à la production. Au Pérou on le surnomme d’ailleurs « l’or vert des Incas ». Mais ce qu’on ignore c’est que cet arbre était cultivé pendant une trentaine d’années dans la province d’El Jadida. Dans mon livre intitulé « Une vie de colon à Mazagan » paru en (...)

  • Comment le mauvais œil foudroya la génisse de mon père ?

    24 juin 2014

    Mon père possédait une belle génisse de race locale, de couleur marron clair et à la peau douce et très lisse. Il la bichonnait et prenait grand soin d’elle. C’était un animal agréable à regarder, bien pleine et en bonne santé. Chaque matin, mon père la faisait sortir de l’étable et l’emmenait dans ses champs, dans la banlieue d’El Jadida, pour la laisser brouter l’herbe encore humide par les petites perles de rosée bien fraîches. La génisse avalait une grande quantité de ses belles plantes juteuses. Quand (...)

  • Mon histoire avec « Elle et Lui »

    15 juin 2014

    A part la revue « Lamalif » qui paraissait depuis 1966, un autre magazine marocain francophone verra le jour dans les années soixante-dix à Casablanca sous le titre « Elle et lui ». En cette année 1971, j’étais jeune lycéen parti d’El Jadida à Casablanca pour préparer le baccalauréat au lycée Imam Malik où j’étais interne. Avec mes autres amis, lors de nos sorties de l’internat, nous traversions, à pied, le Belvédère et l’avenue Mohammed V avant d’arriver sur la place des Nations Unies entourée de grands (...)

0 | 5 | 10 | 15